FANDOM


Shalimar était un enfant comblé. Une Mère attentive et protectrice, un Père fier et aimant, deux sœurs magnifiques, et deux frères arrogants. Quoi de mieux pour qu'un enfant grandisse et se développe dans les meilleures conditions ? Passant ses journées à courir dans les Forêts, à fouiller les grottes à la recherche d'objets perdus, à chercher des poux aux Guerriers ou à faire la fête avec les gens du petit peuple, il ne pouvait être plus heureux. Enfin, c'est ce qu'il croyait.

Son Père possédait un Loup au pelage d'un Noir de nuit, prénommé Zaroc. Sa Mère, quant-à elle, était en possession d'une Louve blanche, nommée Demiä. Shalimar avait toujours été fasciné par les deux animaux, tant par leur beauté que par ce qu'ils représentaient, -Le Loup est l'emblème de la famille Royale, représentant la Force et la Liberté-. Aussi, il passait beaucoup de temps à jouer avec les deux animaux, se cachant pour que ceux-ci le retrouve, faisant les quatre-cents coups avec Zaroc pour embêter ses frères, ou envoyer Demiä dormir sur le lit de ses sœurs. Puis, un jour, les deux Loups disparurent du Manoir, ne donnant signe de vie. Les parents de Shalimar, contrairement à lui, ne semblaient pas inquiets le moins du monde, continuant de vivre comme si les deux bêtes étaient encore présentes dans la Grande Salle. Et puis un jour, Shalimar fut réveillé aux premières lueurs de l'aube, et convoqué dans la chambre de son Père.

Il se lava en vitesse, revêtit sa petite armure de cuir, passa le fourreau de sa Lame à sa ceinture et enfila son carquois et son Arc par-dessus son épaule, avant de suivre le Garde qui était venu le chercher. Il arriva bientôt devant la porte de bois qui fermait la pièce, et rentra dans le plus grand des silences. Ses parents étaient là, debout près d'une caisse en bois. A côté d'eux, ses deux frères et ses deux sœurs, tous levés en vitesse, tant leurs visages étaient encore tirés par la fatigue. Ils guettaient tous en direction de la caisse de bois, d'où s'échappaient de petits couinements. Shalimar ne comprenait pas ! Réveillé en pleine nuit pour observer une caisse ? A quoi cela rimait-il ? Son Père lui demanda alors de s'approcher, et ils attendirent tous ensembles pendant plusieurs heures, les questions trottant dans la tête de chacun des enfants. Au bout de trois longues et lentes heures, les couinements cessèrent, et Hamilton, le Père, s'agenouilla pour décrocher la petite paroi de bois qui fermait la caisse. Tous purent alors observer l'intérieur à leur aise et ils découvrirent ... Quatre petits louveteaux. Voilà donc pourquoi Zaroc et Demiä étaient absents depuis tout ce temps !

Les enfants jubilaient, chacun d'eux souriant en voyant les quatre petits animaux qui remuaient faiblement dans la caisse. Hamilton rentra alors ses bras entre les parois, et en sortit l'un des louveteaux, au pelage brun comme les feuilles en automne. Il le tendit à Irïana, la sœur cadette de Shalimar. Celle-ci l'attrapa à pleines mains et le serra contre elle, aux anges. Puis, elle fila dans sa chambre, sa robe azur flottant derrière elle. Un second louveteau fut sorti de la caisse, au pelage également brun. Il fut offert à Cëlena, la sœur aînée d'Irïana, et la jeune fille aux cheveux d'Or s'empressa de rejoindre sa sœur. Puis, vint le tour des deux frères. Chacun d'eux reçut un louveteau au pelage de nuit, les deux comparses s'empressant de crier qu'ils les emmèneront au combat à leurs côtés, tournant les talons.

Puis, Hamilton se redressa et regarda son fils, ébouriffant la crinière noire de ce dernier de sa main tatouée. Shalimar ne comprenait pas. Ses sœurs et ses frères avaient reçut chacun leur animal, et lui-non ? Il leva un regard surpris et triste vers son Père et sa Mère, ceux-ci souriant tendrement.

- Que se passe-t-il, mon fils ?, demanda Hamilton en voyant la mine désemparée de son fils.

- Et bien ... Et moi ? Je n'en ai point ?

- Suis-moi un instant, veux-tu ?

Shalimar hocha la tête et emboîta les pas de son Père, celui-ci sortant de la pièce pour s'engouffrer dans le dédales de couloirs. Au bout d'un moment, ils finirent par arriver dans une petite salle, la dernière du dernier couloir. Hamilton ouvrit la porte et laissa son fils entrer dans une petite pièce, éclairée par une unique bougie. Dans la faible lueur dégagée par la flamme remuait quelque-chose de petit, couinant faiblement. Une petite louve, faible et blessée, était couchée sur un tas de chiffons.

- Elle était trop faible pour rester avec ses frères et sœurs. Elle est à toi, maintenant.

Shalimar s'approcha doucement, et s'agenouilla devant l'animal. La louve était d'un blanc nacré, les yeux rouges comme le sang. Une albinos. Sa patte avant droite était bandée, encore tachée du liquide vermillon qui s'écoulait de la plaie cachée par les bandes de lin. Il approcha doucement sa main, pour venir caresser la louve, et tourna le visage vers son Père, larmes aux yeux. Il ouvrit les lèvres pour dire un mot, sa voix tremblait, mêlant tristesse et joie.

- Elle s’appellera Blanche-Patte.


Chapitre précédent / Chapitre suivant

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .