FANDOM


Even-amundsen-tattoo2

Les Argeh'niens sont friands de traditions et autres coutumes locales qu'ils peuvent perpétrer au fil des années. Les Sages les enseignent aux Femmes, qui les enseignent à leurs Hommes, qui eux-mêmes les enseigneront à leurs Fils et Filles. De la fête nationale au gri-gri en passant par le plat traditionnel, les détails folkloriques sont nombreux.

Les tatouages

Les tatouages sont pour les argeh'niens un moyen de prouver une chose. Dans la culture populaire, plus ou un homme ou une femme possède de tatouages, plus sa notoriété est grande ; fresque, détails, honneurs aux dieux, symboliques, ils peuvent revêtir nombre de formes mais ont toujours un rapport avec l'accomplissement auquel ils sont reliés.

Tatouages au L'u-junak

Le L'u-junak est un champignon que l'on trouve près des plans d'eaux et au bord des cascades. Outre ses effets médicaux, il est aussi utilisé en poudre pour former des tatouages particuliers, qui luisent dans la nuit; ces tatouages sont réservés aux membres importants de l'Empire, et peu peuvent se vanter d'en avoir sur leur cuir. Ils sont le symbole de l'appartenance à une lignée prestigieuse et influente de l'Empire.

La Grande Chasse

La grande chasse désigne un événement ayant lieu une fois par cycle, en hommage à Ma'ra, la sixième. Une gigantesque battue est organisée dans le pays. Tout le monde peut s'inscrire. Le but est de traquer un cerf blanc et en ramener les ramures. Le premier a rapporter son trophée est nommé vainqueur (le cerf blanc étant un animal sacré, c'est le seul jour où il est chassé. S'il est chassé à une autre période, le chasseur concerné est exécuté sur-le-champ).

Jour de Lon'Wenn

Lon'Wenn était la mère d'Aiyama Biarni. Elle était également la chef des Chasseurs et Chasseresses du peuple, considérée ainsi en raison de son habileté légendaire au tir à l'arc et sa compassion sans failles, autant pour la faune que pour les siens. Elle a toujours été respectée de son vivant, et elle l'est encore plus dans l'Au-delà. Le jour où elle rejoignit Demiä'hana, la première fut une grande perte dans le cœur de tout ceux qui l’idolâtraient. Pour cette raison, le jour de sa mort est célébré par des fêtes où les chasses sont nombreuses. Chaque prière est exceptionnellement adressée à Lon'Wenn plutôt que Ma'ra et les offrandes à son esprit sont nombreuses. Ainsi, on rend hommage à celle qui fut l'une des plus talentueuses Chasseresse de l'histoire du peuple.

La Grande Blessure

«Mh'liry Bril», traduit «Grande Blessure», nomme la trahison d'Aiyama Biarni lors de sa tentative de coup d'état. Après l'emprisonnement de Shalimar, l'ancienne Impératrice a provoqué sa perte au travers de guerres civiles, et ainsi décimé une partie de l'Empire Tribal Argeh'nien.

La Mort d'Epar'adur

Remarque : Ce jour pourrait correspondre au jour de la Sanssaint.

Dans les légendes argeh'niennes, il aurait un jour existé un Dixième Divin, Epar'adur, le Purificateur, Gardien des âmes noires. Si pendant des décennies, le Dixième a rempli son rôle, il a fini par sombrer, à en vouloir toujours plus ; tant et si bien que ce qui devait arriver arriva, et le Dixième fut banni du Panthéon, oublié et les gens du petit peuple arrêtèrent de le prier. Pour célébrer sa disparition, une fête est organisée, pendant laquelle les Prêtres font une offrande humaine à la Lune, au nom du Dixième. Une attitude barbare, mais très importante aux yeux du peuple.

Mariage

Lors d'un mariage où l'un des deux mariés est de nationalité Argeh'nienne, il est de coutume de respecter la tradition de celui-ci qui consiste à faire tatouer le doigt des mariés de branches entremêlés, sous l'alliance, pour alors symboliser la fusion des deux esprits et la promesse qu'ils se font devant les Divins.
Il est d'ailleurs également de coutume d'autoriser la jeune mariée à garder son propre nom de famille, si elle le souhaite, ou bien de posséder les deux noms; si aucun choix n'est fait, elle possédera par défaut le nom de famille de son époux. Néanmoins, aucune obligation n'est faite sur ce point, ce qui ne l'empêche pas de changer de nom de famille pour reprendre le sien par le futur, même dans le cas où elle aurait par défaut pris celui de son époux.

Choix du nom

Lorsqu'un enfant naît chez les Argeh'niens, son nom ne doit pas être choisi au hasard, car il sera le symbole de sa gloire ou de sa déchéance pour le reste de sa vie. Pour cette raison, après la naissance d'un nouveau-né, les parents ont 1 mois pour choisir un nom à leur progéniture ; une fois ce mois écoulé, le père doit se rendre avec son fils, ou la mère avec sa fille, dans le Sanctuaire d'un Divin auquel il choisira de confier son enfant. Alors, le nom devra être prononcé devant l'autel. Un enfant dont le nom a été choisi hors de ce rite est considéré comme maudit, et sa famille déshonorée.

Funérailles

Les funérailles Argeh'niennes peuvent se pratiquer de deux façons différentes;

  • Dans le cas où la famille du défunt, ainsi que ce dernier de son vivant, vénère Demiä'hana, la première, le défunt est enterré près du Sanctuaire de celle-ci, et on place sur sa tombe un corbeau crucifié sur la tombe.
  • Dans le cas où la famille du défunt, ainsi que ce dernier de son vivant, vénère un autre Divin que la Première, la famille peut choisir d'enterrer le défunt dans le cimetière commun ou bien d'élever un bûcher. Le bûcher est généralement choisi, car il est de coutume de croire qu'ainsi, l'âme du défunt peut rejoindre les cieux en même temps que la fumée du bûcher.

L'Ourse Blanche

Remarque : Ce jour pourrait correspondre au jour du Voile d'Hiver.

Lorsque la neige recouvre les autres pays du globe, les Argeh'niens ont pour habitude de faire ériger d'immenses feux de camps à travers le pays, qu'ils allumeront tous en même temps grâce à un son de cor. Puis, une fois ces feux embrasés, ils organisent des repas, et ils se rassemblent pour un événement: l'Ourse Blanche. Celui-ci consiste à monter sur le dos d'une Ourse Blanche, apprivoisée mais détestant être montée, et de tenir le plus longtemps. Celui qui y parvient est récompensé, et est appelé «Monteur d'Ourse Blanche» jusque la prochaine fête.

"Prostitution" sacrée

Bien que la chose soient mal vue par de nombreux Argeh'niens, elle n'en reste pas moins une part inhérente de la culture tribale; il est de coutume d'offrir un enfant par famille, fille ou garçon, au Clergé Vert, afin que celui-ci puisse les servir durant toute leur vie. C'est d'ailleurs grâce à cette méthode que le Clergé a pu se développer correctement au fil des décennies.
Les garçons sont alors formés pour devenir des Prêtres tandis que les filles apprennent à devenir des muses. Garçons comme filles sont parfois utilisés dans des rituels sacrificiels.

Poudre révélatrice

Après un mariage, il est de coutume que les mariés s'emparent d'une petite poignée de poudre (à la composition inconnue), et la projettent dans un brasero. Au contact du feu, la poudre provoquera l'apparition d'une fumée légèrement teintée de couleur, celle-ci annonçant plusieurs choses.

  • Bleu : Si la fumée arbore une teinte bleue, l'un des hommes présent au mariage trouvera l'amour dans les trois semaines à venir.
  • Vert : Si la fumée arbore une teinte verte, l'une des femmes présente au mariage tombera enceinte dans le mois à venir.
  • Noir : Si la fumée arbore une teinte noirâtre, l'une des personnes présentes dans l'assemblée connaîtra un événement négatif dans la semaine à venir.
  • Rose : Si la fumée arbore une teinte rosée, un événement positif arrivera au village dont les mariés sont natifs dans la semaine à venir.

Véritable magie ou coutume superstitieuse, toujours est-il que la quasi-totalité des fois où ces événements ont été prédits, ils se sont réalisés.

Jour de l'Empereur

Comme son nom l'indique, ce jour est consacré à l'Empereur, et plus exactement à sa naissance. Lors de cette journée, à la nuit tombée, les Argeh'niens allument des centaines de lanternes, qu'ils laisseront s'envoler vers les étoiles. Puis, poing fermé retourné contre leur cœur, ils observent une minute de silence en l'honneur de celui qu'ils chérissent depuis toutes ces années.

Choix d'une épouse

Lorsqu'un garçon devient un Homme, après le Rite du Passage, il doit, selon les traditions ancestrales, essayer de baser son choix sur des critères précis.

  • le garçon doit choisir une fille qui a des yeux rapprochés, et si possible, qui ne sont pas trop grands. Selon les traditions et les légendes, les mauvais esprits plongent dans les grands yeux et plongent la femme dans la folie.
  • le garçon doit choisir une fille qui a des jambes robustes. Ainsi, elle saura satisfaire le garçon lorsqu'il deviendra un Homme et que la fille deviendra une Femme.

Et au vu de la constitution naturelle des Argeh'niens, autant dire que ces traditions se basent plutôt sur des vérités bien réelles, la grande majorité des femmes possédant ces attributs. Ainsi, les Hommes choisissent leurs épouses en fonction de la force de leurs sentiments.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .