FANDOM


[En refonte. Ne pas prendre en compte, le contenu n'est plus canon.]

Ancienne capitale de l'Empire Argeh'nien, centre politique et économique du Royaume, Perce-Saule est la seule cité pouvant se vanter d'avoir été, par deux fois, sélectionnée comme siège du pouvoir Royal.

Bâtie au sommet de la Colline de Drom, au cœur des Forêts Bleues, elle a vu la naissance du premier dirigeant, Ildramal Hemswôr'th l'Avisé. Détruite par la suite par Pelrath Hemswôr'th le Fou, il faudra attendre presque 200 ans pour qu'elle ne soit reconstruite et de nouveau reprise comme capitale.

Mythe de la création

Retracer la création de Perce-Saule relève de l'impossible, voire du miracle. Les écrits n'étaient alors que peu répandus dans le jeune peuple nomade, et les textes racontant son histoire se sont perdus à travers les âges.

Les rares passages que les archivistes ont pu retranscrire montrent que l'histoire était contée en 5 chapitres différents, chacun annonçant un passage et un changement dans le mode de vie argeh'nien.

Le premier de ces chapitres portent le nom de Terre Promise.

Terre Promise

<< Ainsi nous voguions, marins sur terre, navigateurs dans les arbres. Traversant le temps à la recherche d'un havre.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

A l'époque présumée où ces textes ont été écrits, les Argeh'niens n'étaient alors que des nomades, vivant de la chasse et de la cueillette, changeant régulièrement d'endroit pour dormir. Certains groupes s'étaient sédentarisés, mais bien vite, ils découvrirent que les Forêts Bleues étaient loin d'être domptées. Les animaux sauvages attaquaient sans mal les maigres tentes et huttes des villageois, les forçant à reprendre leur vie de voyage perpétuel.

Ainsi, l'idée d'une terre promise, quelque part, naquit dans le cœur des pèlerins. Guidés par Leorn Altys'r, il n'est pas fait mention de la durée exacte de la recherche de cet endroit. Un mois, un an ou une décennie, la seule chose que le Conte nous indique est que Leorn était toujours vivant lors de la découverte de cette terre, même si cette dernière ne relève pas de l'homme.

<<Exténués, vers les Divins les recherches se sont étendues. Après la prière, le Fourbe et le Bienheureux, seuls, ont répondu.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Probablement meurtris par des recherches infructueuses et de nombreuses pertes en raison des maladies et des attaques, les nomades ont commencé à appeler les Dieux à leur secours. N'en priant pas un en particulier, ils espéraient maximiser leurs chances d'attirer l'un des Neuf à eux. Kyn'tar et Drom répondirent à l'appel.

Séduction

Le titre du deuxième chapitre peut laisser perplexe à la première lecture, mais il est tout à fait normal. Ce qui arrive souvent lorsque deux divinités viennent apporter leur aide aux hommes arriva cette fois-ci : ils se disputèrent la foi des fidèles.

Mais comment départager les deux déités ? En comparant leur offrande.

<<De son doigt aussi craquelé que l'écorce, le Bienheureux pointa une colline plus haute que ses sœurs. Elle était vide de vie, mais semblait se dresser contre le malheur.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Ainsi, Drom désigna son offrande. Si la colline laissait assez de place pour bâtir un village facilement défendable contre les prédateurs, l'endroit était loin d'être le plus riche en terme de ressources et de nourriture. Bien que les plaines en contrebas pouvaient être exploitées pour l'agriculture, cela demanderait un long travail qui prendrait un temps considérable. La chasse devrait être plus éloignée et la cueillette également.

<<Dans une pirouette magistrale, le Fourbe offrit une place à la vision enchantée. Aux pieds de la mer, face au soleil, et aux poissons engraissés.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Pour contrer les avances du Neuvième, Kyn'tar proposa l'exact inverse de la première offrande : une place ensoleillée en bord de mer où les poissons affluaient en masse. Il est fort à parier qu'il ait ainsi tenter de toucher le cœur des hommes pour la facilité. Leur promettant repos et nourriture facile, il sut convaincre un certain nombre d'Argeh'niens à en juger par le chapitre suivant.

Schisme

Toute aide a un prix, et quoi de mieux qu'un Dieu pour le savoir et le faire valoir ? Le don d'une nouvelle terre où se sédentariser allait coûter la fidélité à l'un des Divins.

Drom réclamait que ceux qui allaient travailler la terre et permettre à la vie d'en pousser lui soit dévoués. Il serait le gardien de ces mains de labeur et de fatigue qui allaient nourrir le peuple.

Kyn'tar, quant à lui, cherchait simplement à ce que les Argeh'niens abandonnent la croyance envers les autres Divins, devenant ainsi le Dieu Unique.

La sécurité contre la facilité.

<<Et dès lors, celui qui fut notre guide pendant tant d'années. Après un débat sans fin tourna le dos à ses frères aimés.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Ce passage, bien que difficilement compréhensible en premier lieu, parle du choix qui fut fait par Leorn Altys'r. Le texte entourant cette aventure reste flou, mais il en est retiré qu'un long débat, de plusieurs jours, fut mené afin de décider l'endroit qui serait choisi. Les Argeh'niens se divisèrent, dans un premier temps, derrière deux personnes : Leorn Altys'r, leur chef et Ildramal Hemswôr'th son lieutenant. Le premier désirait rejoindre Kyn'tar et sa promesse d'opulence et de repos, la recherche de la Terre Promise ayant été longue et fastidieuse, il ne souhaitait pas voir son peuple travailler encore plus durement après tout ce qu'ils avaient enduré. Le second, au contraire, voyait ceci comme un test de foi et refusait que les Argeh'niens ne s'éloignent de leurs croyances pour un repos et une facilité qui ne feraient que les affaiblir et les rendre vulnérables à l'extérieur.

Ainsi, après que le débat ne put aboutir à une réconciliation quelconque, Leorn rassembla ses hommes et ses suivants, tournant le dos au reste de son peuple pour suivre le Cinquième vers la mer. Contrairement à ce que l'on pourrait croire en ne lisant que ce passage, Leorn ne fut pas détesté ou même haït par ses pairs. Il fut pleuré.

<<Ils regardaient tous, enfants et vieillards, vers le soleil couchant leur héros qui part. Ils ont choisi la voie difficile mais la voie de leur peuple, sans pouvoir se faire à l'idée que pour lui, il est trop tard.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Dans cet extrait, le "lui" n'indique pas le peuple, mais bien Leorn. Si de nos jours, des séparations de groupes ou même de communautés sont monnaies courantes, à l'époque cela représentait une cassure majeure difficile à soigner. Ici, ce sont des dizaines de personnes qui ont survécu par la seule volonté de cet homme jusqu'à trouver la Terre Promise. Le voir ainsi défier les croyances et partir est un déchirement social.

Courroux

La vie a néanmoins repris, dans la difficulté pour les uns, dans la facilité pour les autres.

Supervisés par Ildramal Hemswôr'th, devenu le nouveau chef de communauté, les suivants de Drom se mirent à bâtir un village rapidement, récupérant le bois que le Bienheureux leur offrait pour ériger des barricades contre les prédateurs sauvages. Ils découvrirent le travail agricole, labourant les plaines pour venir y planter les graines semées par le souffle de leur Dieu, qui venait abreuver les récoltes de ses larmes qui donnaient la vie. Bien que les débuts furent rudes, la communauté sédentaire prenait peu à peu le pas sur le monde sauvage.

De l'autre côté, les suivants de Kyn'tar découvraient le repos tant mérité. N'ayant qu'à tendre la main pour que les poissons ne viennent à eux, ils profitaient de l'opulence et la joie de vivre. Libérés du labeur et du travail continu, les Argeh'niens jouissaient enfin d'une tranquillité qu'ils n'avaient alors jamais connu.

Mais la vie ne peut être qu'un long fleuve tranquille.

<<Dans un cataclysme divin, les vents déchiraient les arbres, abattant la foudre sur le sol qui brûlait de terreur. Daragh venait, déchaînant sa rage sur ceux qui avaient ainsi bafoué leur honneur.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

On pourrait parier sur le fait que Daragh, Roi des Divins, est ainsi intervenu pour châtier les suivants de Kyn'tar. Mais il est fait mention, plus loin, que même le village de Drom fut frappé par des éclairs violents qui brûlèrent certaines maisons. Sa rage reste donc inexpliquée, même si plusieurs théories ont émergées à la lecture de ce Conte.

Dans un premier temps, seuls la communauté d'Ildramal fut saccagée et inquiétée par ce châtiment divin. Étant placés sur une colline, les éclairs tombaient aisément au cœur du village, ne rencontrant rien d'autre sur leur chemin. En revanche, les suivants de Leorn ne craignaient, à ce moment, rien. Ils en riaient même, entendant Kyn'tar leur chuchoter que Daragh n'était plus leur Dieu et ne pouvait donc rien leur faire.

<<De la colline de Drom, nous la vîmes. La vague immense qui vint les entraîner dans l'abîme.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Mais mal leur en prit d'ainsi écouter le Fourbe. La mer commença à se retirer, abandonnant des carcasses de poissons qui s'étaient échoués sur la plage. Au loin, une lame de fond gigantesque se rapprochait du village côtier. L'on disait qu'elle était plus haute encore que les arbres des Forêts Bleues, assez pour être vue depuis la Colline de Drom où étaient les suivants d'Ildramal. Dans un vacarme assourdissant, plus violent qu'un éclair frappant le sol, le torrent mortel d'eau percuta la terre ferme.

Il est probable que tous les habitants de la côte furent tués instantanément vu la quantité d'eau et la force du choc. Leur communauté fut rayé de la carte, et on dit même que le Fourbe se mit à rire avant de disparaître dans le Royaume des Neuf.

La vague se retira, ne laissant qu'une plage morte et déserte. Le calme revint.

Regret

La reconstruction des bâtiments endommagés terminée, les Argeh'niens restants allèrent jusqu'à la mer, pour ne rien trouver.

<<Toute trace de leur existence avait été emportée, plus rien ne pouvait prouver qu'ils étaient passés. Nous avons cherché, mais nous n'avons pu que pleurer.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

C'est une véritable procession mortuaire qui reprit en direction du village. Un totem de roche fut érigé à l'emplacement de l'ancienne communauté, avec un simple "L" gravé en son coeur.

<<Et alors que l'espoir avait disparu, il descendit, celui qui insufflait la vie tout en étant vieux. De ses larmes jaillirent dix saules éternels, grimpant jusqu'à percer les cieux.>> extrait du Conte de Perce-Saule.

Drom versa plusieurs larmes qui donnèrent naissance aux saules géants qui bordent le palais royal. La raison de ce geste est malheureusement tombé dans l'oubli. Certains racontent que ses arbres gardent les âmes de ceux ayant été emportés par la vague géante, d'autres chantent que ces arbres ont été placés pour prendre les éclairs à la place du village. Enfin, certains affirment que ces arbres sont ici pour récolter les âmes des personnes qui auraient été dupées par Kyn'tar. La raison exacte reste, hélas, inconnue.

C'est donc en raison de la taille de ces arbres que le village prit le nom de Perce-Saule. Cette histoire raconte également comment les Argeh'niens ont consacré leur vie dans la simplicité et le respect de la nature, refusant l'opulence et la facilité pour la modestie et la simplicité. C'est également ainsi que Drom devint le Divin protégeant les agriculteurs et artisans, apportant la fertilité aux pieux et aux travailleurs, récompensant les fidèles en donnant la vie.

Géographie

Mythe ou fait réel, la création de Perce-Saule reste nimbée de mystère.

Bâtie autour de la colline de Drom où les premiers colons ont d'abord commencé à s'établir, le progrès de la Monarchie va progressivement étendre le domaine royal aux plaines en contrebas. D'abord réservées à l'agriculture, celles-ci feront place à de nouvelles habitations, forçant les paysans à chercher de nouvelles terres cultivables. On estime que la création de la cité remonte à, environ, -2800 avant la Première Guerre. A cette époque, le village accueillait une centaine d'habitants. Il est peu probable que le Premier Roi, Ildramal l'Avisé (appelé ainsi après le Courroux) ait réellement porté le titre Royal, la Monarchie ne s'étant certainement établie que plusieurs générations plus tard.

Il faudra attendre la reconstruction, après que Pelrath le Fou ne décide de brûler la cité, pour que la colline ne devienne que le socle du Palais Royal, reléguant les habitations des citoyens aux plaines.

Divisé en 3 zones : La nouvelle ville, la vieille ville et le Palais Royal, la capitale argeh'nienne accueille près de 60 000 habitants.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .